13/09/2019

3ème Fête du livre et de l'image

La très belle affiche du Salon du Livre de Lafitte-Vigordane vient d'être diffusée pour un rendez-vous lointain... en décembre.


09/09/2019

Fête du Livre de Réalmont 2019

Venez découvrir mon nouveau recueil de poésie, Lagunages d'hiver  (publié en août dans la collection Lieu des Editions Encres Vives), ainsi que de nombreux autres titres (romans jeunesse, roman policier, poésie) le dimanche 29 septembre à la Fête du Livre de Réalmont.

Au programme :
- remise du prix des lecteurs en herbe par le RIME
- spectacle L'homme qui plantait des arbres de Jean Giono
- lectures arrangées par le poète Marc Tison
- atelier participatif animé par Claude Grisel

08/09/2019

Salon du livre de Saint-Lys 2019

C'est une première pour moi cette année... découvrez également les autres auteurs invités au Salon du Livre de Saint-Lys et le lien vers le salon.


07/09/2019

Lagunages d'hiver - Stéphane Amiot

Lagunages d'hiver - recueil de poésie - Editions Encres Vives Août 2019
à commander chez l'éditeur : (prix 6€10)
Michel Cosem 2 rue des Allobroges 31770 Colomiers
ou chez l'auteur

pourquoi les îles
exercent-elles une telle fascination
leur fragilité, leur destin de coquille
leur fugace réalité de chimère de terre, de brume et d'eau
l'appel de ces terres exilées creuse peut-être dans l'écho de nos départs
par l'arc-en-ciel la traversée des mots
des « grands paroliers d'îles » (Edouard Maunick)
diseurs de songes, tisseurs de vérités
et leurs rosaires d'atolls
« îles cicatrices des eaux » (Aimé Césaire)
« je suis une île sans nom / dans le pertuis des différences » (Andrée Marik)
« marges liquides d'un continent » (Marie-José Aubrière)
« notre arche sur l'océan » (Rose-Andrée de Laburthe)
les terres mers portent nos gestations

« Ces chemins mouvants aboutissaient à des passes vers la mer, formées au long du temps et des habitudes par le traçage des pêcheurs et des goëmoniers. » (Jean Courbeyre)

mon île est un rêve persistant             (extrait de la 4ème de couverture)

15/07/2019

Kaniki l'endormi

C'est parti ! Le projet Kaniki est sur les rails. Le dessinateur Olivier Trotignon s'est mis au travail pour illustrer les pages de l'album.
De superbes dessins avec des couleurs somptueuses... Un avant-goût avec ce dessin préparatoire sur le personnage principal.

17/06/2019

Demande à la poussière de John Fante


Je relis John Fante. Le père encore plus immature que le fils. Mais bon, quel âge avait-il lorsqu'il a écrit ce bouquin ? L'âge de son héros récurrent, Arturo Bandini. Une vingtaine d'années.
En fait non ! Il l'a publié à l'âge de trente ans, en 1939. Mais il se remémore le jeune paumé qu'il était, perdu à Los Angeles, à Bunker Hill, pauvre, amoureux, fou d'écriture et de célébrité.
On ne peut pas raconter ce livre.
Demande à la poussière.
C'est la vie misérable et grandiose d'Arturo Bandini. Ses hauts et ses bas. Ses laideurs et ses illuminations. C'est surtout l'écriture de Fante, mêlant le pathétique au comique, le lyrique au sordide.
Demande à la poussière est un titre si poétique.
La poussière du tremblement de terre de Long Beach (1933) que Bandini attribue à son commerce charnel avec l'inquiétante Vera Rivken. La poussière de ses mots dont il connaît l'envers mais qui le maintiennent en vie, tapissant le décor vide de son existence.
La poussière des rencontres, des existences côtoyées, frôlées, recherchées.
Celle du voisin, Hellfrick, bouffeur de barbaque monomaniaque et fauché.
De Sammy le barman du Columbia Buffet, rival détesté en amour et ridicule en écriture.
De Hackmuth, son dieu éditeur, aux dollars providentiels, à qui il écrit des lettres-fleuves qu'il métamorphose en nouvelles publiées en magazines.
Et bien sûr, de Camilla Lopez, la Mexicaine, serveuse au Columbia Buffet, son double féminin qu'il humilie et vénère à la fois, sa Sainte-Vierge et sa pute.
Il a si peur des filles, de celle-ci en particulier, de ce qu'il pourrait ne pas devenir, de lui-même, de ce qu'il représente aux yeux de l'Amérique.
Bandini est touchant car il essaie de vivre, d'accepter son destin, de le rêver, avec maladresse, fougue, méchanceté... et Fante, derrière lui, est implacable.

John Fante in a photo dated 1937. (Photo courtesy of the Los Angeles Public Library Photo Collection)